Maintenant, je consomme biofeatured

Cela fait maintenant quelques temps que j’ai réfléchi sur ma manière de consommer, mais surtout sur la façon dont je pourrais consommer mieux.

Pour consommer mieux, à la fois pour moi bien évidemment, mon corps, ma santé, mais également pour la planète. Oui c’est vrai, je peux le dire : les produits bio, naturels tout ça, je m’en fichais. Mais comme on dit, ça c ‘était avant.

J’ai progressivement été de plus en plus attiré par la nourriture bio, au début par simple curiosité. Petite anecdote, je me souviens de ma première visite dans un magasin bio, c’est simple : on aurait une enfant : « oh mais c’est trop cool, oh tiens c’est marrant ça, oh c’est quoi toute ces graines… chia… c’est qu’on dit c’est ça ? oh la la, je me demande quel goût ça à, à quoi ça sert… »

J’ai donc commencé progressivement à manger bio pour découvrir un peu (j’suis une aventurière j’vous dit !), et puis… la découverte a laissé le pas à la volonté de manger non pas autrement pour surfer sur une mode, mais de manger un peu mieux. Au début je ne consommais que quelques produits bio, par-ci, par-là : pas tout bien évidemment, puisque financièrement je ne pouvais pas of course me payer tous les jours 2 tranches de jambon bio à 5 euros (j’exagère un peu volontairement, mais il est vrai que la viande estampillée bio est assez chère, surtout dans les magasins bio) – et puis en plus, viande ou pas, on croit forcément que manger bio coûte cher. Alors oui, c’est un peu plus cher, on est d’accord, mais le bio se démocratise de plus en plus, et dans les grandes surfaces, vous trouvez de plus en plus de produits bio parfois moins cher que les produits conventionnels, comprenez par là, les produits « normaux ». 

Mais progressivement, j’ai eu envie d’un peu plus, alors j’ai consommé différemment. Moins de viande oui, mais de la meilleure. Avant je mangeais de la viande midi et soir. Maintenant, je mange de la viande 1 à 2 fois par semaine, du poisson 1 à 2 fois par semaine, le reste du temps, je consomme soit des alternatives végétariennes que j’ai pris plaisir à découvrir & à aimer, soit tout simplement des légumes, du quinoa (…), des « graines » comme on dit & autres.

IMG_2663

Maintenant, je peux dire que j’ai une alimentation bio à 80%. Les fruits & les légumes que je consomme sont 100% bio – oui oui, comme dirait certaines personnes « oui mais dis-donc, tes légumes, ils poussent à côté des champs où on met des pesticides non, alors du coup, légume bio ou pas bio, ça veut rien dire ! ». Oui c’est vrai, oui les coins de terres où poussent les légumes bio ne sont pas exempt de pesticides, puisqu’ils ne sont pas protégés par une barrière invisible imperméable. Mais, même s’ils sont légèrement contaminés par les pesticides présent dans l’air, la terre… c’est toujours un peu mieux non ?

Autre exemple à côté des fruits & légumes où je suis intransigeante : les oeufs. Les seuls oeufs que je consomme aujourd’hui sont les oeufs bio de poule élevées exclusivement en plein air. C’est un peu ma manière à moi de militer contre l’élevage en batterie des poules.

U-2014-poule-portrait-800x534

Et puis, les produits un peu plus chers (la viande, le poisson, le formage), on apprends tout simplement à les manger différemment : je préfère me « priver » et manger de bonnes choses 1 jour par semaine, que de manger de la « merde » à profusion tous les jours.

Avec l’entrainement, on apprend également à dénicher les bonnes affaires, les bonnes adresses, les bons plans… pour dépenser un peu moins, et voir même parfois moins qu’en achetant des produits conventionnels qu’on croit de bonne qualité car ils sont de telle marque, ou de telle marque. Par exemple, beaucoup de produits bio de consommation courante sont à moins de 1 euros chez Auchan. J’ai déniché également une boucherie 100% bio sur un marché de Lille, qui fait une viande délicieuse à un prix moins élevé qu’une boucherie conventionnelle. Dans tel magasin bio, on démarque la viande et le poisson à -30, -40, -50% quelques jours avant les dates de péremption…

Oui, certains produits sont difficile à trouver – voir même impossible en bio, et je n’en fais pas une montagne non plus, je continue de les consommer : le Philadelphia par exemple, qui donne une texture et un goût incomparable au cheesecake.

Voilà, le truc c’est que je ne suis pas non plus intransigeante & inflexible sur ma manière de consommer, et je sais que j’arriverais probablement jamais à attendre le seuil des 100%. Mais au final, ce n’est pas un but en soit non plus. Les resto – par exemple – je sais que c’est très difficile de trouver de bons resto estampillés 100% bio & surtout d’en trouver de style & de cuisine différents. Je n’ai pas encore trouvé de pizzerias bio par exemple, et (amies lilloises, si vous passez par là), je ne pense pas que, même si un jour une pizzeria bio ouvrait ses portes à Lille, je serais prête à bouder celles de la Bottega dans le Vieux Lille. La Guiness non plus, je serais incapable de m’en priver… mais bon, c’est comme ça.

Tout ça pour vous dire qu’après la bouffe, j’ai opéré ce virage également pour les cosmétiques. Là non plus, pas à 100% puisque… que serais ma vie sans mes rouges à lèvres MAC ? – faut pas déconner hein ! Mais je l’ai fait pour ces mêmes raisons qui m’ont poussé à changer mon alimentation : moi, ma santé & la planète.

IMG_79799

Mes produits pour cheveux – shampoing, mousse volume, soin lissant, démêlant… – sont passés au 100%  naturels et/ou bio, et je vous avoue que mes cheveux non jamais été aussi beaux. Mes soins pour le visage le sont de plus en plus, voir même presque intégralement. Idem pour mes soins corporels.

700

Je vous avoue que je ne suis pas à l’abri d’un éventuel craquage de temps en temps pour tester un petit produit dit « conventionnel » qui me ferait de l’oeil, ou  alors pour tester un produit reçu en test qui, je sais, pourrais faire l’objet d’un article sympa sur le blog & susceptible de vous plaire, mais pas plus.

IMG_74688

Les seuls produits sur lesquels j’ai encore du mal à me convertir sont les produits de maquillage : fond de teint, rouge à lèvres, mascara… là j’avoue, je suis à la traîne. Mais disons que l’envie n’y est pas encore. Si j’y arrive un jour, ça sera chouette, si je n’y arrive pas, alors tant-pis & c’est comme ça.

IMG_87100

En tout cas, sachez que passer à l’alternative bio/naturelle ne coûte pas forcément plus cher : comme pour les produits conventionnels, vous en avez pour toutes les bourses en passant par des marques luxueuses comme Tata Harper, aux marques très abordables comme Avril cosmétique. Vous avez maintenant également l’embarras du choix : des tas de marques naturelles/bio ont vu le jour, et chacune d’entre elles proposent des produits innovants, chouettes, colorés, avec une identité propre (comme Lamazuna par exemple) & susceptibles de vous correspondre.

IMG_07022

Sur ces points, je vous renvoie volontiers à 2 articles vraiment chouettes – que j’ai adoré personnellement – rédigés par Tiphanie du blog Tiphanie Everything :

5 bonnes raisons de passer aux cosmétiques naturels.

Non, les cométiques bio ne sont pas plus chers.

Mon but n’est pas de prôner le 100% bio & de dénigrer ceux qui pensent différemment – bien au contraire. Je souhaitais juste de partager avec vous mon cheminement personnel qui progressivement m’a poussé à changer ma manière de consommer & m’a fait tourné vers les produits biologiques & naturels. J’espère que cet article vous aura plu, et on se dit à très vite pour un nouvel article. Pleins de baisers sucrés. 

Add comment