La poudre bronzante de NARS peut-elle détrôner la Terracotta de Guerlain ?featured

Blush.jpg

Coucou les chatons. Oui, tout est dans le titre. Aujourd’hui nous allons parler « poudre bronzante ». La poudre bronzante sert à quoi ? Tout simplement à parfaire votre teint. Vous pouvez l’utiliser, soit pour vous donner un joli teint halé sur l’ensemble de votre visage (et non pas un joli teint orange…), pour vous en servir comme blush, soit pour faire un peu de contouring (pour celles qui ne sont pas à l’aise avec cette notion, il s’agit simplement de venir sculpter son visage avec des poudres ou fonds de teint plus clairs/plus foncés – je simplifie mais en gros c’est ça).

La poudre bronzante après utilisation, peut donner lieux à plusieurs types de réactions :

« Oh tu reviens de vacances ? »

(La plus cool, celle qu’on est trop contente d’avoir, alors qu’on est justement PAS partie en vacances ».

« Oh, tu fais des UV ? »

(Moé… là on devine qu’on a eu la main un peu lourde quand même, que le naturel est pas tout à fait là, mais ça peut passer)

« Oh t’a mis un pot de maquillage sur la tête ? Tu ressembles à une vieille carotte, c’est dégueulasse ».

(Bon, là, vous vous doutez bien, c’est la catha, et on gagne facilement – comme ci c’était pas suffisant – l’adjectif « méga vulgaire » ou maquillée comme une « pouf » en prime.

En bref, bien choisir sa poudre bronzante c’est important, et bien doser l’application aussi. Au début, comme tous les débuts, j’ai eu du mal à trouver le juste milieu entre le « too much » et le pas assez, et à trouver la poudre. THE poudre.

20140509_134956.jpg

La poudre de ma vie, (durant quelques années du moins), a été la fameuse « Terracotta » de Guerlain, et plus précisement, la 4 seasons, en teinte « n°2, Brunette ».

20140509_135005.jpg

La réputation de ce bronzer n’est plus à faire, tout le monde le connait, en a entendu parlé (les 4/5eme du temps en bien), en a… bref c’est la poudre bronzante de référence.

Pour moi, je n’avais il est vrai, pas trouvé mieux. C’est donc un bronzer, complètement mat (j’avais un peu peur des poudres à reflets irisés, trop peur de l’effet boule à facettes). Après avoir réussi à la dompter (ce qui n’est pas évident au début), il est vrai qu’il n’y a pas mieux pour réchauffer son teint, donner de jolies couleurs d’été à son maquillage tout en ayant l’air complètement naturelle. Oui, il faut par contre mieux éviter d’avoir la main lourde à s’en plâtrer le visage parce que sinon, vous courrez à la catastrophe. Il faut tout de même avoir la main trèèèèès légère sinon le teint vire rapidement à l’orange. J’appelle ça le teint « carotte terracottée » qui se reconnait facilement, surtout chez celles qui ont la main lourde, car on a toutes (moi du moins) merdé lors d’une ou plusieurs applications.

Malgré le prix élevé de cette petite chose (56,30 chez Sephora ici), cette poudre a vraiment beaucoup, mais beaucoup de qualités.

Voyez plutôt, après plus d’un an 1/2 d’utilisation, regardez tout ce qu’il me reste…  Le produit reste donc quand même « économique » sur la durée.

20140509_135121.jpg

Ensuite, les 4 teintes (de la plus claires à la plus foncées), vous permettent de moduler votre maquillage et l’intensité du hâle en fonction des saisons et de votre vrai bronzage. Vous pouvez donc utiliser soit une teinte à la fois, soit les 4 en les prélevant directement au pinceau.

L’écrin, l’étui en velours dans lequel est vendu l’écrin, le packaging tout ça, y’a pas à dire, c’est vraiment joli.

La qualité (incontestable)

L’odeur, comme beaucoup de cosmétiques made in Guerlain, vraiment au top.

Les teintes sont mattes, donc pas d’effet « Twilight » possible.

En bref, c’est vraiment ma routine « bonne mine » depuis longtemps et je n’étais pas près d’en changer.

20140509_135157.jpg

Mais, que de rebondissements, par un bel après-midi passé chez Sephora (pour être originale), j’ai eu le malheur de m’arrêter devant le stand NARS, et devant leurs poudres bronzantes. Il est vrai que j’en avais entendu parlé (en grand bien) sur pas mal de blogs et je me suis dit qu’il n’y avait probablement pas de fumée sans feu.

37 euros quand même. Ce n’est pas donné on est d’accord, mais ça reste beaucoup moins cher que la Terracotta (20 euros d’écart tout de même, ce qui n’est pas rien), disons que c’est le premier GROS point positif de cette poudre bronzante.

blush3.jpg

Mais bon. Je me suis dit, « en bonne bloggeuse, pourquoi ne pas essayer autre chose que ma Terracotta habituelle, comme ça, pour voir ». J’ai discuté un peu avec la vendeuse chez Sephora qui me l’a vendu comme THE poudre bronzante qui pouvait détrôner facilement la Terracotta. Bref, 5 minutes après, j’étais en route pour la caisse.

Je suis donc rentrer à mon domicile avec la poudre bronzante NARS teinte CASINO.

blush1.jpg

Je préfère vous prévenir, la couleur peut faire – au premier abords – effectivement peur. Elle semble vraiment très très foncée, mais en fait, pas du tout. Elle l’est beaucoup moins lors de l’application. Ce bronzer est dans les tons marrons et légèrement dorés. C’est une teinte qui peut convenir à beaucoup de personnes (et ce, avec des carnations bien différentes) de par les possibilités de modulation de l’intensité.

La poudre peut paraître également très orangée, mais finalement, sur peau, elle ne l’est pas du tout.

blush4.jpg

De même pour le petit côté « irisé » de la poudre, ça me faisait un peu peur. Adepte de la « matitude » chez Terracotta, j’avais peur de l’effet irisé-paillettes-brillant. Mais en fait, l’effet brillant est vraiment très léger et le rendu est plutôt joli. Tout reste très naturel, et on remarque à peine le côté irisé du produit.

blush6.jpg

Oui, pour résumer, cette teinte est tout à fait portable, même par des peaux très pâles (j’avais du mal à y croire avant de l’avoir essayé).

 La pigmentation est superbe.

Pour  pouvoir vous montrer le rendu en photo, je suis quand même passée plusieurs fois au pinceau sur mon bras. Je suis passée facilement 4/5 fois sans trop regarder la dose, donc vous voyez, le contraste est vraiment très modulable.

blushmine.jpg

Pour la seconde photo, je suis passée au doigts, comme pour la première, au moins 4/5 fois facilement.

blush11.jpg

Mais, encore une fois, comme toute poudre bronzante, le tout reste une question de dosage (Je radote).

La poudre est très fine (plus fine que la Terracotta), légère, et se travaille très bien au pinceau. Le produit est très poudreux, comprenez par là qu’il se prélève très facilement au pinceau et s’estompe très facilement.

Au niveau application ? Super rapide et très facile. Vous n’avez pas besoin de travailler votre teint une éternité pour avoir un rendu naturel.

Au niveau tenue, elle tient quand même relativement bien. Des retouches peuvent être nécessaires dans la journée, surtout les jours de beaux temps. A vrai dire, je n’ai pas eu de périodes de chaleurs (Merci le Nord) donc, je ne pourrais pas vous parler tenue par temps très ensoleillé.

blush10.jpg

Le packaging est joli, grand miroir, solide, graphique, plus contemporain que ceux de chez Guerlain. Sobre et chic oui, mais il a ce petit côté « peau » de pêche qui est certes, agréable au toucher, mais qui a tendance à attraper tout ce qui passe, et donc le packaging ne reste pas « comme neuf » très longtemps. Il marque assez vite (doigts, poudre etc). Mais bon, ça reste pour moi du détails.

blush9.jpg

Vous pouvez donc trouver cette poudre chez Sephora ici, pour 37 euros.

Qui gagne le duel ?

Au niveau du rapport qualité/prix, on peut dire que la poudre NARS gagne, le prix étant tout de même inférieur de 20 euros pour une quantité et la qualité au rendez-vous.

A noter tout de même que la NARS comporte 8g et la Terracotta 10g. Il y a donc 2 grammes d’écart pour 20 euros d’écart de prix.

Au niveau packaging tout ça, Guerlain remporte haut la main, plus chic, plus luxueux… plus « Guerlain » quoi.

Au niveau travail/application/rendu, disons que la Terracotta permet plus de subtilités, plus de nuances, et peut être utilisée toute l’année grâce aux 4 teintes proposées. Néanmoins, si vous avez la main lourde, l’effet « carotte terracotées » est inévitable.

La poudre Nars – quant à elle – se travaille plus facilement, permet moins de nuances, mais donne un teint halé uniforme, sans fausses notes. Elle évite également de virer plus facilement à l’orange.

En bref, pour celles qui maîtrisent bien les rudiments du teint, et le maniement des pinceaux, je conseille sans hésitations, la Terracotta. Par contre, pour celles qui veulent un teint sunkissed, naturel et sans prise de tête alors foncez acheter la NARS.

signature.png

Add comment