Chronique d’une ancienne « bigleuse » : comment la chirurgie réfractive a changé ma vie !featured

La bigleuse, c’est moi. Enfin, « c’était » moi, parce qu’aujourd’hui tout a changé. Bigleuse, je pense que je l’ai été toute ma vie. Enfin, du moins une bonne partie de ma vie.

IMG_827999

Les lunettes sont entrées dans ma vie vers 10 ans, l’âge où j’ai probablement appris en même temps ce qu’était une myopie. Quel mot bien savant pour expliquer le fait que je n’arrivais pas très bien à lire au tableau…

Un petit mot bizarre qui pourtant a bien changé ma vie. Au début, c’était pas grand chose, et puis progressivement, ma vue s’est « dégradée » pour en arriver à ce qu’elle était encore hier : -5 et -5,25. Autant vous dire que sans mes lunettes, je ne voyais rien.

IMG_055888

Quelle galère de faire du cheval avec une bombe sur la tête & les lunettes, la galère de ne jamais rien voir à la piscine sauf en gardant les lunettes sur le nez, superposer les lunettes 3D du cinéma par dessus les lunettes normales (comme si avoir une paire ne suffisait pas…)… Des moments chiants dans la vie des myopes, il y en a, moi je vous le dit ! Par exemple, essayez de vous maquiller avec des yeux à -5 & -5,25, je peux vous assurer que c’est pas simple !

Le pire moment pour un myope, c’est peut être le matin, quand vous avez jeté vos lunettes un peu n’importe où la veille & que vous mettez 10 minutes à les chercher avant de mettre la main dessus… eh oui, les lunettes vous mettez « la main » dessus, parce que puisque que vous n’y voyez rien, à part y aller à tâtons, je vois pas trop ce que vous pouvez faire d’autre… C’est dans ces moments-là qu’on se rend compte à quel point on dépend de quelques choses pour être « normale ».

Enfin, revenons à nos lunettes. Ah les lunettes ! Qu’est ce que j’ai pu les détester celles-là ! Au début, j’avais horreur de me voir dans un miroir, parce que plus jeune, je trouvais que les lunettes c’était moche. J’enviais jalousement toutes celles qui avaient pu passer « entre les mailles du filet »… Même si mes verres étaient affinés, j’avais toujours l’impression d’avoir des loupes devant les yeux.

Je les détestais tellement qu’au début je ne les mettais pas, enfin sauf en cours pour pouvoir lire ce qui était écrit au tableau. Pas question de déambuler dans le collège avec des lunettes sur le nez… quitte à ne rien voir de la journée.

J’ai commencé à porter des lentilles souples & mensuelles en 4ème (vers 13-14 ans) et j’ai arrêté d’en mettre vers 20-21 ans.

Au début, les lentilles c’était un pur bonheur. Un plaisir de pouvoir camoufler la bigleuse qui était en moi… et surtout, de pouvoir ranger mes lunettes ! Les lentilles c’était beaucoup plus confortable : pas de lunettes sales à nettoyer en permanence, pas de buée en passant d’un endroit froid à chaud (qu’est ce que c’est chiant ça…) ou de ne plus rien voir parce que vous venez de vous prendre la pluie en pleine tronche, parce que non, on n’a pas encore inventé les lunettes à essuie-glaces ! Et surtout, en pleine période d’adolescence, les lunettes c’est TOO MUSH, HAS-BEEN, un truc du genre !

Et puis progressivement, j’ai commencé à ressentir les désagréments des lentilles… les yeux qui collent en fin de journée, les yeux plus secs, les joies des lentilles collées sur les yeux quand on dort chez les copines sans produit à lentille et qu’on a pas d’autre choix que de les garder sur le yeux (lentilles mensuelles bonjour…), les lentilles qui se déplacent, les lentilles qui se plient sur l’oeil, les lentilles qui tombent par terre en les mettant le matin, ou encore quand certains matins, mettre les lentilles vous brûle les yeux & vous fait pleurer… Bref, vis ma vie de porteuse de lentilles : qu’est ce que c’est bien, mais putain qu’est-ce que c’est chiant parfois !

IMG_4004-trop-bo-miniiMoi avec mes lentilles de contact Freshlook Dimensions Caribbean aqua à ma vue… c’était plutôt joli !
IMG_73766Mes yeux au naturel, sans lentilles.

Et un beau jour, les lentilles j’en ai eu marre. Overdose tout ça, et j’ai donc décidé de me remettre aux lunettes ! Aidée par la mode des Rayban et de sa fameuse paire de Wayfarer, j’ai sauté le pas… et je n’ai plus juré que par ça. La vingtaine passée, je me disais qu’au final « c’est pas si mal les lunettes »… et que c’était peut être moins contraignant que ces putains de lentilles !

A partir de ce moment, j’ai commencé à questionner mon ophtalmologue sur la possibilité ou non de me faire opérer ! Je pense que j’ai du attendre 5 bonnes années avant qu’il veuille me donner les coordonnées d’un chirurgien ! Parce que oui, l’opération réfractive pour redevenir « nomale » et dire bye-bye à la myopie c’est pas quand on veut ! Je devais attendre « au moins 24-25 ans » et attendre que ma myopie se stabilise pendant au moins « 2-3 ans »

Et, je peux vous dire que quand j’ai eu son accord (il y a 6 mois) pour l’opération, je pense que c’était l’un des plus beaux jours de ma vie ! Après, j’ai du attendre le 1er rendez-vous avec le chirurgien.

Avant de programmer l’opération, vous devez d’abord subir quelques examens de vue (indolore) pour voir si c’est possible ! Ce premier rendez-vous sert donc à ça… vous passez sur 4-5 machines qui vérifient votre vision, votre cornée, sa taille etc.

Un 2ème rendez-vous vient ensuite avec un petit fond d’oeil ! Après ces deux rendez-vous, vous savez si oui ou non vous pouvez vous faire opérer. J’ai failli embrasser mon chirurgien (un peu vieux pour moi, mais plutôt bel homme ahah) quand il m’a dit que j’avais le feux vert !

J’ai ensuite du choisir entre 2 type d’opérations : une plus classique, le LASIK, ou le SMILE, technique plus couteuse, plus récente mais moins invasive.

En gros, le SMILE c’est ça : un laser vient « découper » à l’intérieur de votre cornée un petit lenticule (le volume et la forme du lenticule correspondent à l’anomalie visuelle à corriger), qui est ensuite extrait manuellement par le chirurgien via une toute petite incision de quelques millimètres (inférieure à 4mm), crée elle aussi par le laser.

Capture d’écran 2014-11-25 à 21.48.00

En vidéo c’est mieux :

Et pourquoi elle est moins invasive ? En fait, l’autre technique, la technique LASIK consiste en la découpe au laser d’un capot, qui est ensuite soulevé pour qu’un autre laser puisse venir « corriger votre cornée ». Le capot est ensuite refermé et l’opération est terminée.

Capture d’écran 2014-11-25 à 21.50.27

Les avantages de la technique SMILE réside surtout dans le fait qu’on découpe beaucoup moins votre cornée (pas de capot), et comme on découpe moins on préserve l’innervation cornéenne superficielle.

Le LASIK est donc un peu plus contraignant : on doit faire beaucoup plus attention au capot qui peut, après l’opération, se déplacer, former un plis en cas de choc, il peut mal se remettre en place, et peut nécessiter une nouvelle chirurgie pour le replacer correctement.

Toutefois, la récupération visuelle après le SMILE est apparemment plus longue qu’en LASIK ; en postopératoire, la présence d’un « flou » visuel léger est rapportée par la majorité des patients. Ce flou s’estompe entre 1 à 6 mois.

J’ai donc décidé de me tourner vers la technique SMILE parce qu’on m’avait dit en plus que :

  • L’intervention et la phase de guérison sont pratiquement indolores.
  • Dans la plupart des cas, on peut reprendre ses activités habituelles dès le lendemain de l’intervention.
  • L’acuité visuelle se stabilise environ deux semaines après l’intervention.

En bref, technique ok, date d’opération ok. En bref, y’avait plus qu’à attendre…

Alors oui, cette opération a un prix : comptez 3000 euros pour les deux yeux, une opération qui dure moins de 30 minutes, et un suivi post-opératoire pendant 1 an.

Alors oui, c’est une sacré somme d’argent je suis d’accord avec vous, surtout pour une opération qui n’est pas DU TOUT pris en charge par la SECU. Quand je dis pas du tout, c’est même pas un centime, nada, quedal !

Alors soit vous avez la chance d’avoir une très très bonne mutuelle, des parents géniaux qui ont les moyens, soit vous économisez… Oui je suis d’accord avec vous, c’est cher payé le prix de la liberté ! Mais bon, la liberté n’a pas de prix…

Untitled

J’étais convoquée à 15h15, et une infirmière est venue me chercher à 15H30. L’infirmière m’a accompagné jusqu’à un petit vestiaire où j’ai du me déshabiller. Je devais juste garder mon soutien-gorge & ma culotte, tout le reste bye-bye ! Plus de lunettes, plus de bijoux…

J’ai du enfiler un beau pantalon en papier rose framboise, une petite tunique en papier de la même couleur, une charlotte, et des chaussons jetables = UNE PURE BONASSE MOI JE TE LE DIS !

On est ensuite venu me chercher pour m’emmener au bloc opératoire. Bon, je ne peux pas trop vous raconter comment était le bloc, je ne voyais rien sans mes lunettes !

On m’installe sur une table d’opération, il faisait froid & j’ai donc eu le droit à une couette ! On me met des gouttes anesthésiante dans l’oeil, le chirurgien arrive, me place sous une énorme machine à laser qui parle (oui oui, elle parlait…), le chirurgien installe un écarteur et c’est parti pour la première phase de l’opération : 27 secondes par oeil pour découper le lenticule et effectuer l’incision de quelques millimètres. Vous devez juste fixer une lumière verte… pendant quelques secondes vous ne voyez plus grand chose de cette lumière mais aucunes douleurs… rien !

Ensuite, la phase la plus bizarre arrive. Le chirurgien remet quelques gouttes anesthésiantes dans l’oeil & vous devez fixer une lumière blanche juste devant vous, en regardant bien « droit-devant » pendant que le chirurgien tripote l’oeil avec un truc bizarre pour sortir le lenticule par l’incision. Là, toujours pas de douleurs, on ne sent pas grand chose, on sent rien en fait et je ne saurais pas trop vous dire ce que vous voyez… on a l’impression de ne plus savoir trop comment faire pour regarder « en haut, en bas, à droite, à gauche… », en fait, on ne sait plus trop où se trouve son oeil à ce moment là ! On se croit un peu sous LSD…

Le chirurgien s’occupe de l’oeil droit, puis du gauche, et au bout de 15 minutes c’est terminé ! Je m’assois & j’ouvre les yeux : je vois déjà un peu mieux, mais tout est flou à ce moment-là.

Untitled2

Je pars ensuite me rhabiller, et je rentre chez moi ! Déjà sur la route du retour, je sens que tout commence à changer : assise dans la voiture, je me rends compte que j’arrive à lire les plaques d’immatriculation des voitures qui sont autour de moi. YAHOU ! En rentrant, je décide de me regarder dans un miroir : mes yeux sont incroyablement normaux. Ils ne sont ni rouges, ni gonflés.

Je prends un gramme d’efferalgan-codéine sur conseil de mon chirurgien « au cas-où ». Toujours pas de douleurs, mais j’ai les yeux qui piquent, un peu comme après avoir coupé un oignon. Le plus contraignant, c’est les gouttes à mettre : 1 goutte de collyre antibiotique à mettre 4 fois/jour, 1 goutte de collyre anti-inflammatoire à mettre 6 fois/jour & du lubrifiant oculaire à mettre TOUTES LES 15 MINUTES LE JOUR DE L’OPERATION jusqu’au coucher. Mais à part ça qui est un peu chiant, ça va. Pas de droit de dormir dans les 2 heures qui suivent l’opération, ni de TV, ni d’ordi… ces 2 heures sont un peu chiantes, mais rien de dramatique ! Pas de téléphone non plus parce que de toute façon, impossible de lire, c’est trop flou ! Du coup, dodo tôt !

Untitled3

Le lendemain matin (mardi matin), quelle sensation étrange de ne pas être obligée de prendre ses lunettes… je VOIS presque bien. C’est toujours un peu flou, mais rien de trop méchant.

Mes yeux ne piquent plus, j’ai juste une petite gène. Un peu comme si j’avais des lentilles de contact collées aux yeux, ou un genre de truc coincé sous la paupière qui frotte un peu… mais aucunes douleurs. RIEN.

Le seul problème : je vois flou de près ce qui rend assez pénible la lecture (j’ai vite la tête qui tourne)… et je ne peux pas rester trop longtemps derrière un écran ! Mais apparemment, pas de panique, c’est normal.

J’ai eu mon rendez-vous postopératoire ce même jour et le chirurgien était content de l’opération. RAS, tout s’est bien passé, bonne récupération, cornée presque cicatrisée ! Et là, les chiffres sont tombés : j’ai récupéré 10/10 aux deux yeux, et 8/10 pour chaque oeil. Je suis passée de plus de -5 à +8 en moins de 24 heures !

Mardi soir, il est 23 heures. Je me suis faite opérée il y a un peu moins de 35 heures, et je suis déjà en train de vous rédiger ce billet ! Le flou est toujours là, mais bon, ce n’est pas méchant.

Untitled4

Aujourd’hui, mercredi, je vois toujours un peu flou. Je vois toujours mal de près (toujours avec la tête qui tourne un peu quand je force la lecture de près, et quand je traîne trop derrière mon écran, comme maintenant), mais j’arrive à bien voir SANS lunettes !

J’arrive à regarder la TV presque clairement, j’arrive à voir des choses que je n’avais pas vu depuis très très très longtemps. J’arrive à lire les panneaux signalétiques, lire l’heure sur mon horloge… SANS LUNETTES ! Et ça, c’est juste magique… c’est MAGIQUE !

Les gouttes sont toujours assez contraignantes : 1 goutte 6 fois/jour, 1 goutte 4 fois/jour, 1 goutte 5 fois/jour et c’est ça (à peu de choses près) pendant encore 15 jours. MAIS MAIS MAIS, je n’ai toujours pas de douleurs. 

16 jours après l’opération, vous devez juste continuer à mettre des gouttes lubrifiantes 4 fois/jour pendant 3 MOIS ! Oui oui… 3 MOIS ! Mais bon…

Pour info, même si je ne le ferrais pas – au cas où, on ne sait jamais – le chirurgien m’a dit que je peux me remaquiller dès aujourd’hui (même les yeux), que je peux me démaquiller, remettre ma tête sous l’eau, me laver le visage, conduire, regarder la TV… J’ai juste quelques contre-indications du type « pas de piscine pendant 1 mois »… mais pour l’ensemble, on a fait le tour !

Pour ce qui est de récupérer la totalité de ma vision (c’est à dire 10/10 pour chaque oeil), cela peut prendre jusqu’à 6 mois.

Le chirurgien m’a dit que ça irait déjà mieux d’ici 1 semaine, et que le flou partirait progressivement…

IMG_82699

Untitled1

C’est un petit témoignage à chaud, et je pense que je vous en dirais plus au fur & à mesure. J’étayerais un peu ce billet histoire de vous raconter le « après une semaine », le « après un mois » et ainsi de suite jusqu’à ce que je retrouve mes 10/10 ! J’espère juste que ce « flou » et cette sensation de nausée à la lecture de près partira rapidement…

C’est un long billet, qui change des billets que j’ai l’habitude d’écrire, et qui n’a rien à voir avec la beauté mais j’espère que cela rassurera celles qui ont prévu de se faire opérer, ou bien celles qui n’osent pas sauter le pas !

2 jours après l’opération, je ne regrette absolument pas. Beaucoup m’avait dit « mais pourquoi tu te fais opérer, tu es bien avec des lunettes… », « c’est risqué quand même… » mais, mais, mais ça change la vie ! Plus que ça, rien qu’en 2 jours, je peux vous dire que ça a déjà changé ma vie !

Untitled

Durant les 2 semaines qui ont suivi mon opération, ma vision de loin s’est grandement améliorée pour devenir – pour moi – presque parfaite. Par contre pendant cette période, mes problèmes de vue de près qui étaient apparus après l’opération ont persisté durant ces 15 jours. Aujourd’hui, un mois après, tout va mieux.

Mon rendez-vous post opératoire avec le chirurgien à J+31 (et quelques) c’est très bien passé. Le verdict est tombée : ma cicatrisation est totale, plus aucun risque d’aggravation de la vue, de perte de vision ou de complications. Mais surtout, le plus important : j’ai récupéré 10/10 à chaque oeil et ma vision aux deux yeux est de 12/10. Cette légère sur-correction, qui n’est absolument pas grave, fait que je vois maintenant mieux que les gens « normaux ».

Le chirurgien m’a dit que ma vue pourrait encore s’améliorer dans les 5 prochains mois et que normalement, ma vue ne baisserait plus jamais (*hiiiiiiiiiii*).

Je continue toujours à mettre mes gouttes lubrifiantes 4 fois/jours, que je dois continuer à mettre pendant encore presque 2 mois, et le seul examen contraignant que je dois faire, c’est un fond d’oeil tous les 5 ans pour vérifier ma rétine qui est toujours, malgré mon opération, une rétine de myope.

Pour les personnes qui m’ont demandé en commentaires (auxquels je n’ai pas encore eu le temps de répondre j’en suis désolée, je le fais bientôt promis) si ma vue pouvait encore bouger, et notamment se dégrader après une grossesse : alors normalement oui, sauf qu’avec ma technique d’opération (le SMILE) non.

Je vous donne des nouvelles au prochain rendez-vous (mars) pour en savoir plus !

Untitled

On se retrouve aujourd’hui pour notre dernier rendez-vous post op ! Je sors à l’instant d’un nouveau-rendez vous d’avec mon ophtalmologue habituel. Mon dernier bilan que je partage avec vous…

Déjà, j’ai eu le plaisir énorme de dire bye-bye aux gouttes lubrifiantes. Maintenant, je n’ai plus besoin de rien. Plus aucune gène, plus de contraintes, rien. Je vois parfaitement bien, et je me fais tout doucement à cette nouvelle vie & cette nouvelle vue bionique sans lunettes/lentilles.

Plus de flou, ma vision de nuit est parfaite (elle qui était pourtant bien loin de l’être, même avec ma correction de myopie). Je commence à m’aimer sans lunettes, et à me trouver même vraiment plus jolie (j’avais quelques montures que j’aimais bien quand même – dixit la meuf qui les supportait plus ahah). Oui, il m’a fallut un peu de temps pour me réhabituer à mon visage nu, moi qui ne le voyait qu’à travers mes verres de lunettes depuis des années. Je ne peux dire qu’une seule chose, j’ai hâte de profiter de ce confort et de cette nouvelle vision cet été, à la mer. Le pied ! Déjà je vous le dis, je suis retournée à la piscine depuis, et c’est incroyable. Je vois juste trop bien & même en ré-ouvrant les yeux sous l’eau, aucun problème, même avec le chlore.

Untitled

Ce sera très court : si vous avez l’occasion – comprendre par là, les moyens bien évidement et la possibilité (mon Homme par exemple ne peut pas faire cette opération car sa cornée est déformée) – alors foncez. Mon opération a réussi à 100%, je n’ai eu aucune complication, et ma vue est devenue tout simplement parfaite. S’il faut bien sur garder à l’esprit qu’il s’agit tout de même d’une opération, et que bien évidement les complications sont bien évidement possibles, c’est une opération qui CHANGE LA VIE. Vous n’imaginez pas à quel point 30 minutes d’opération peuvent bouleverser votre vie. Si je regrette, absolument pas ! Si je la conseille & la recommande ? Bien évidemment, à 3000% !

Je ne compléterais plus cet article, sauf peu être en cas de problèmes, mais je pense (et j’espère) que cela n’arrivera pas. Néanmoins, n’hésitez pas à me contacter pour toutes autres questions !

Sachez que pour les questions relatives à l’écarteur (eurk), sur mes impressions relatives au fait de voir tout ce que le chirurgien fait, et les questions relatives au fait de savoir si ce n’est pas trop dur de garder l’œil fixe pour le « regardez droit devant », sur les conséquences liées à une future grossesse, j’y ai déjà répondu dans les commentaires juste en dessous :) 

Add comment